Présidence du Gabon - Gabon International

Gabon International Accueil

CONNAîTRE

  • Partager sur facebook
  • Partager sur twitter
  • Envoyer à un ami
  • imprimer

LE GABON, BERCEAU DE LA BIODIVERSITÉ

Parler de biodiversité au Gabon, c’est faire référence au potentiel exceptionnel du pays en termes de diversité des espèces animales et végétales et d’opportunités d’investissements. En effet, le pays dispose de nombreux atouts pour devenir un des leaders mondiaux de la biodiversité. Le Gabon est le deuxième pays en terme de pourcentage de son territoire alloué à la conservation.

Les Parcs Nationaux, foyer de la biodiversité végétale et animale

Les 13 parcs nationaux constituent des points de contacts privilégiés et d’observation directe de ce vivier. 22 millions d’hectares de forêts, 10.000 km2 de plans d’eau, 700 espèces d’oiseaux, 98 espèces d’amphibiens, entre 95 et 160 espèces de reptiles, près de 10.000 espèces de plantes, plus de 400 essences forestières et 198 espèces différentes de mammifères : toute cette richesse foisonne partout au Gabon, sanctuarisée au profit de l’humanité à travers 11% du territoire national, soit 29.400 km2.
Chaque année, les parcs nationaux dévoilent aux scientifiques des trésors naturels exceptionnels. A titre d’exemple, le Parc National d’Akanda, dans la péninsule Est de Libreville, se singularise par une très grande concentration d’oiseaux migrateurs d’Afrique, de diverses provenances, se nourrissant dans un environnement où cohabitent des orchidées rares, des palmiers et une mangrove dont les fonctions sont essentielles dans le cycle de vie de certaines espèces animales. Le parc de Loango, sur la côte qui longe l’océan Atlantique, dévoile, sur ses prairies humides des troupeaux d’éléphants de forêt, de buffles, des hippopotames « surfant » sur les vagues et des oiseaux rares tel le guêpier gris-rose. A tout moment de l’année, on peut observer le spectacle ravissant des sauts périlleux des grands dauphins, des dauphins à bosse ou de la baleine rorqual au large des côtes du parc.

Les origines

Le Gabon est le berceau de la vie sur Terre. Plus de 250 fossiles apportant la preuve de l’existence d’organismes multicellulaires il y a 2,1 milliards d’années ont été découverts à Franceville en 2008, bouleversant toutes les connaissances de l’Homme sur les origines de la vie. Jusqu’à cette découverte, les premières traces de vie complexe remontaient à 600 millions d’années.

Biodiversité humaine

La diversité est également humaine au Gabon. Elle puise sa force dans une culture ancienne, remontant à l’ère du néolithique, comme l’attestent certaines gravures rupestres dans la zone du parc de la Lopé. Le Gabon est une nation qui s’est formée à partir de vagues successives de migrations convergentes de populations provenant du nord et du sud du continent africain. Cette mosaïque humaine s’est encore plus enrichie au contact des peuples autochtones pygmées, peuples de forêts et de savanes, établis là depuis des millénaires. Au moins 42 groupes ethniques composent ce pays de 1 500 000 habitants, dont 80% vivent en ville, ce qui, paradoxalement, a permis de conserver intacte une grande partie de sa nature.
Dans le Parc de Minkébé, au nord-est du Gabon, on sait par exemple que les vastes marécages absorbent l’eau des pluies qui, par la suite, est libérée en saison sèche pour alimenter le fleuve Ivindo d’une eau claire et filtrée. Hommes et animaux de ces contrées peuvent ainsi disposer d’eau potable, malgré la saison sèche qui bat son plein. On sait également que le Parc National des Monts de Cristal joue un rôle central dans la régulation du climat autour de Libreville, et que le cours de la Mbè, qui alimente les barrages hydroélectriques de Kinguélé et Tchimbélé, permet à 85% de la population du pays de disposer d’électricité. Quant à la mangrove, dans les parcs d’Akanda et de Pongara, c’est le biotope idéal qui facilite et protège la reproduction des poissons et des crevettes.

Pour la protection de l’écosystème gabonais

Le Gabon, joue un rôle moteur dans la sauvegarde de la forêt du Bassin du Congo, 2ème poumon vert de la planète après l’Amazonie avec deux millions de kilomètres carrés de forêts tropicales qui captent chaque année plus de 70 millions de tonnes de dioxyde de carbone.
Les autorités gabonaises ont une claire conscience du grand défi qui est le leur : celui de poursuivre le développement économique du pays sans détruire cette biodiversité unique, qui joue un rôle fondamental dans l’équilibre environnemental de la planète mais aussi un rôle social auprès des populations qui en vivent. Le Gabon veut capitaliser sur ces différents atouts. Il s’agit d’assurer la continuité des efforts de préservation du Gabon d’une part, grâce à l’appui financier des pays développés notamment, et de faire profiter aux touristes du monde entier, d’autre part, des trésors exceptionnels de l’un des derniers paradis naturels sur terre, le Gabon.

Marathon du Gabon - une reconnaissance internationale

Le Marathon du Gabon vient de se voir attribuer par l’Association Internationale des Fédérations d’Athlétisme (IAAF) le label officiel Road Race Bronze (Label de bronze) pour sa prochaine édition.